The Histories
Book III, 43 à 60.

44 The Carthaginian general, having thus made himself master of the passage and defeated the enemy, at once occupied himself in fetching over the men who had been left on the other bank, and having in a very short time brought his whole army across encamped for that night beside the river. Next morning, hearing that the Roman fleet was anchored off the mouths of the Rhone, he selected five hundred of his Numidian horse and sent them off to observe the whereabouts and number of the enemy and what they were about.
At the same time he set the proper men to the task of bringing the elephants across and then called a meeting of his soldiers and, introducing Magilus and the other chieftains who had come to him from the plain of the Po, made the troops acquainted through a dragoman with what they reported to be the decision of their tribes. What encouraged the soldiers most in their address was firstly the actual and visible presence of those Gauls who were inviting them to Italy and promising to join them in the war against Rome, and secondly the guidance they placed on their promise to guide them by a route which would take them without their being exposed to any privations, rapidly and safely to Italy.
In addition to this the Gauls dwelt on the richness and extent of the country they were going to, and the eager spirit of the men by whose side they were about to face the armies of Rome. The Celts, after speaking in this sense, withdrew, and Hannibal p107himself now came forward and began by reminding them of their achievements in the past: though, he said, they had undertaken many hazardous enterprises and fought many a battle they had never met with ill success when they followed his plans and counsels.
Next he bade them be of good heart considering that the hardest part of their task was now accomplished, since they had forced the passage of the river and had the testimony of their own eyes and ears to the friendly sentiments and readiness to help of their allies. He begged them therefore to be at their ease about details which were his own business, but to obey orders and behave like brave men and in a manner worthy of their own record in the past.
When the men applauded him, exhibiting great enthusiasm and ardour, he commended them and, after offering a prayer to the gods on behalf of all, dismissed them, bidding them get everything ready expeditiously as they would start on their march next day.

45 After the assembly had broken up the Numidian scouts who had been sent out to reconnoitre returned, the greater part of the force lost and the remainder in headlong flight. Not far from their own camp they had fallen in with the Roman cavalry sent out by Publius on the same errand, and both forces had shown such heroism in the engagement that the Romans and Celts lost about a hundred and forty horsemen and the Numidians more than two hundred. Afterwards the Romans carried their pursuit close up to the Carthaginian camp, and having surveyed it, turned and hastily rode off to report to the Consul the arrival of the p109enemy, and on reaching their camp did so. Publius at once put his baggage on board the ships and started with his whole army marching up the river bank with the view of encountering the Carthaginians.
Hannibal, on the day after the assembly, advanced his cavalry in the direction of the sea to act as a covering force and then moved his infantry out of the camp and sent them off on their march, while he himself waited for the elephants and the men who had been left with them. The way they got the elephants across was as follows.

46 They built a number of very solid rafts and lashing two of these together fixed them very firmly into the bank of the river, their united width being •about fifty feet. To these they attached others on the farther side, prolonging the bridge out into the stream. They secured the side of it which faced the current by cables attached to the trees that grew on the bank, so that the whole structure might remain in place and not be shifted by the current. When they had made the whole bridge or pier of rafts •about two hundred feet long they attached to the end of it two particularly compact ones, very firmly fastened to each other, but so connected with the rest that the lashings could easily be cut. They attached to these several towing-lines by which boats were to tow them, not allowing them to be carried down stream, but holding them up against the current, and thus were to convey the elephants which would be in p111them across. After this they piled up a quantity of earth on all the line of rafts, until the whole was on the same level and of the same appearance as the path on shore leading to the crossing. The animals were always accustomed to obey their mahouts up to the water, but would never enter it on any account, and they now drove them along over the earth with two females in front, whom they obediently followed. As soon as they set foot on the last rafts the ropes which held these fast to the others were cut, and the boats pulling taut, the towing-lines rapidly tugged away from the pile of earth the elephants and the rafts on which they stood. Hereupon the animals becoming very alarmed at first turned round and ran about in all directions, but as they were shut in on all sides by the stream they finally grew afraid and were compelled to keep quiet. In this manner, by continuing to attach two rafts to the end of the structure, they managed to get most of them over on these, but some were so frightened that they threw themselves into the river when half-way across.
The mahouts of these were all drowned, but the elephants were saved, for owing to the power and length of their trunks they kept them above the water and breathed through them, at the same time spouting out any water that got into their mouths and so held out, most of them passing through the water on their feet.

47 After the elephants had been put across, Hannibal, taking them and his cavalry and forming these into a rear-guard, advanced up the river bank away from the sea in an easterly direction as though making for the centre of Europe.
The Rhone rises north-west of the head of the Adriatic on the northern p113slope of the Alps, and running in a south-westerly direction, falls into the Sardinian Sea. A great part of its course is through a deep valley, to the north of which lives the Celtic tribe of the Ardyes, while on the south it is bounded for its whole extent by the northern spurs of the Alps. The plain of the Po which I described above at length is separated from the Rhone valley by the lofty main chain of these mountains, which starting from Marseilles extends to the head of the Adriatic. It is this chain which Hannibal now crossed to enter Italy from the Rhone valley.
Some of the writers who have described this passage of the Alps, from the wish to impress their readers by the marvels they recount of these mountains, are betrayed into two vices ever most alien to true history; for they are compelled to make both false statements and statements which contradict each other.
While on the one hand introducing Hannibal as a commander of unequalled courage and foresight, they incontestably represent him to us as entirely wanting in prudence, and again, being unable to bring their series of falsehoods to any close or issue they introduce gods and the sons of gods into the sober history of the facts. By representing the Alps as being so steep and rugged that not only horses and troops accompanied by elephants, but even active men on foot would have difficult in passing, and at the same time picturing to us the desolation of the country as being such, that unless some god or hero had met Hannibal and showed him the way, his whole army would have gone astray and perished utterly, they unquestionably fall into both the above vices.

48 For in the first place can we imagine a more imprudent general or a more incompetent leader than Hannibal would have been, if with so large an army under his command and all his hopes of ultimate success resting on it, he did not know the roads and the country, as these writers say, and had absolutely no idea where he was marching or against whom, or in fact if his enterprise were feasible or not?
What they would have us believe is that Hannibal, who had met with no check to diminish his high hopes of success, ventured on a course that no general, even after a crushing defeat and utterly at his wits' end, would take, to march, that is, into a country as to which he had no information. Similarly, in what they say about the loneliness, and the extreme steepness and difficulty of the road, the falsehood is manifest. For they never took the trouble to learn that the Celts who live near the Rhone not on one or on two occasions only before Hannibal's arrival but often, and not at any remote date but quite recently, had crossed the Alps with large armies and met the Romans in the field side by side with the Celts who inhabit the plain of the Po (as I narrated in an earlier Book)
nor are they aware that there is a considerable population in the Alps themselves; but in entire ignorance of all this they tell us that some hero appeared and showed the road. The natural consequence is that they get into the same difficulties as tragic dramatists all of whom, to bring their dramas to a close, require a deus ex machina, as the data they choose on which to found their plots are false and contrary to reasonable probability. These writers are necessarily in the same spirit and invent apparitions of heroes and gods, since the beginnings on which they build are false and improbable; for how is it possible to finish conformably to reason what has been begun in defiance of it? Of course Hannibal did not act as these writers describe, but conducted his plans with sound practical sense. He had ascertained by careful inquiry the richness of the country into which he proposed to descend and the aversion of the people to the Romans, and for the difficulties of the route he employed as guides and pioneers natives of the country, who were about to take part in his adventure.
On these points I can speak with some confidence as I have inquired about the circumstances from men present on the occasion and have personally inspected the country and made the passage of the Alps to learn for myself and see.

49 Now the Roman Consul Publius arrived at the crossing of the river three days after the departure of the Carthaginians, and finding the enemy gone was in the highest degree astonished, as he had been convinced that they would never venture to march on Italy by this route owing to the number and unruly character of the native inhabitants. On seeing that they had done so he returned with all speed to his ships and began to embark his forces. Sending his brother to conduct the campaign in Spain, he himself turned back and made sail for p119Italy with the design of marching rapidly through Etruria and reaching the foot of the pass over the Alps before the enemy.
Hannibal, marching steadily from the crossing-place for four days, reached a place called the "Island," a populous district producing abundance of cornº and deriving its name from its situation; for the Rhone and Isère running along each side of it meet at its point. It is similar in size and shape to the Egyptian Delta; only in that case the sea forms the base line uniting the two branches of the Nile, while here the base line is formed by a range of mountains difficult to climb or penetrate, and, one may say, almost inaccessible.
On arriving there he found two brothers disputing the crown and posted over against each other with their armies, and on the elder one making overtures to him and begging him to assist in establishing him on the throne, he consented, it being almost a matter of certainty that under present circumstances this would be of great service to him. Having united with him therefore to attack and expel the other, he derived great assistance from the victor; for not only did he furnish the army with plenty of corn and other provisions but he replaced all their old and worn weapons by new ones, thus freshening up the whole force very opportunely. He also supplied most of them with warm clothing and foot-wear, things of the greatest possible service to them in crossing the mountains.
But the most important of all was, that the Carthaginians being not at all easy on the p121subject of their passage through the territory of the Allobroges, he protected them in the rear with his own forces and enabled them to reach the foot of the pass in safety.


50 After a ten days' march of •eight hundred stades along the bank of the Isère7 Hannibal began the ascent of the Alps and now found himself involved in very great difficulties. For as long as they had been in flat country, the various chiefs of the Allobroges had left them alone, being afraid both of the cavalry and of the barbarians who were escorting them. But when the latter had set off on their return home, and Hannibal's troops began to advance into the difficult region, the Allobrogian chieftains got together a considerable force and occupied advantageous positions on the road by which the Carthaginians would be obliged to ascend. Had they only kept their project secret, they would have utterly annihilated the Carthaginian army, but, as it was, it was discovered, and though they inflicted a good deal of damage on Hannibal, they did more injury to themselves;
for the Carthaginian general having learnt that the barbarians had seized on these critical positions, encamped himself at the foot of the pass, and remaining there sent on in advance some of his Gaulish guides, to reconnoitre and report on the enemy's plan and the whole situation. His orders were executed, and on learning that the enemy remained most strictly at their post during the day-time but retired at night to a neighbouring township, he adapted his measures to this intelligence p123and arranged the following plan. He advanced openly with his whole army, and on approaching the difficult points he encamped not far from the enemy. As soon as it was night, he ordered the fires to be lit, and leaving the greater part of his forces there, took the men most fitted for the enterprise, whom he had lightened of their accoutrements, and passing through the narrow part of the road occupied the posts abandoned by the enemy, who had retired as usual to the town.

51 At daylight the enemy observed what had happened and at first desisted from their project, but afterwards on seeing the long string of sumpter-animals and horsemen slowly and with difficulty winding up the narrow path, they were tempted by this to molest their march. On their doing so and attacking at several different points, the Carthaginians suffered great loss chiefly in horses and sumpter-mules, not so much at the hands of the barbarians as owing to the ground. For the road up the pass being not only narrow and uneven but precipitous, the least movement or disturbance caused many of the animals to be pushed over the precipice with their packs.
It was chiefly the horses on being wounded which caused the disturbance, some of them, terrified by the pain, turning and meeting the pack-animals and others rushing on ahead and pushing aside in the narrow path everything that came in their way, thus creating a general confusion. Hannibal, on seeing this and reflecting that there would be no chance of safety even for those who escaped from the battle if the pack-train were destroyed, took with him the men p125who had occupied the heights at night and hastened to render assistance to the head of the marching column. He inflicted great loss on the Allobroges, as he was charging from higher ground, but the loss was equally heavy among his own troops,
since the column on the march was thrown into further confusion in both directions at once owing to the shouting and struggling of those taking part in this combat. It was only when he had put the greater part of the Allobroges to the sword and compelled the rest to take to flight and run for their own land, that the remainder of the pack-train and the horses got slowly and with great difficulty over the dangerous part, and he himself rallying as many troops as he could after the fight, attacked the town from which the enemy had issued to make their onslaught. He found it nearly deserted, as all the inhabitants had been tempted out by hope of pillage, and seized on it. This proved of great service to him for the future as well as the present; for not only did he recover a number of pack-animals and horses and the men who had been captured together with them, but he got a supply of corn and cattle amply sufficient for two or three days, and in addition to this he struck such terror into the next tribes that none of those in the neighbourhood of theascent were likely to venture to molest him.

52 For the present, he encamped here, and after a stay of one day resumed his march. For the following days he conducted the army in safety up to a certain point, but on the fourth day he was again placed in great danger. The natives near the pass conspired together and came out to meet him with treacherous intentions, holding olive-branches p127and wreaths, which nearly all the barbarians use as tokens of friendship, just as we Greeks use the herald's staff. Hannibal, who was a little suspicious of such proffer of alliance, took great pains to ascertain what their project and general motives were. When they told him that they knew all about the capture of the city and the destruction of those who had attempted to do him wrong, and assured him that for this reason they were come to him, as they neither wished to inflict nor to suffer any injury, and on their promising to give him hostages from among themselves, he for long hesitated, distrusting their word. But, reflecting that if he accepted their offers, he might perhaps make them more chary of attacking him and more pacific, but that if he refused, they would certainly be his declared enemies, he finally agreed to their proposals, and feigned to accept their friendship. Upon the barbarians now delivering the hostages and providing him with cattle in abundance, and altogether putting themselves unreservedly into his hands, he trusted them in so far as to employ them as guides for the next difficult part of the road. But after two days march these same barbarians collecting and following on the heels of the Carthaginians, attacked them as they were traversing a certain difficult and precipitous gorge.

53 On this occasion Hannibal's whole army would have been utterly destroyed, had he not still been a little apprehensive and foreseeing such a contingency placed the pack-train and cavalry at the head of the column and the heavy infantry in the rear. As the latter now acted as a covering force, the disaster was less serious, the infantry p129meeting the brunt of the attack. But in spite of all this a great many men, pack-animals, and horses were lost. For the enemy being on higher ground skirted along the slopes and either by rolling rocks down or by hurling stones from the hand threw the Carthaginians into such extreme peril and confusion that Hannibal was compelled to pass the night with half his force at a certain place defended by bare rocks (traduit ici par : "rocher nu") and separated from his horses and pack-train, whose advance he waited to cover, until after a whole night's labour they managed to extricate themselves from the defile.
Next day, the enemy having taken their departure, he joined the cavalry and pack-animals and advanced to the summit of the pass, encountering no longer any massed force of barbarians, but molested from time to time and in certain places by some of them who took advantage of the ground to attack him either from the rear or from the front and carry off some of the pack-animals. In these circumstances the elephants were of the greatest service to him; for the enemy never dared to approach that part of the column in which these animals were, being terrified by the strangeness of their appearance. After an ascent of nine days Hannibal reached the summit, and encamping there remained for two days to rest the survivors of his army and wait for stragglers. During this interval a good many of the horses which had broken away in terror and a number of those sumpter-animals which had thrown off their packs returned strangely enough, having followed the track of the march, and came into the camp.

54 As it was now close on the setting of the Pleiads snow had already gathered on the summit, and noticing that the men were in bad spirits owing to all they had suffered up to now and expected to suffer he summoned them to a meeting and attempted to cheer them up, relying chiefly for this purpose on the actual view of Italy, which lies so close under these mountains, that when both are viewed together the Alps stand to the whole of Italy in the relation of a citadel to a city. Showing them, therefore, the plain of the Po, and reminding them of the friendly feelings of the Gauls inhabiting it, while at the same time pointing out the situation of Rome itself, he to some extent restored their spirits.
Next day he broke up his camp and began the descent. During this he encountered no enemy, except a few skulking marauders, but owing to the difficulties of the ground and the snow his losses were nearly as heavy as on the ascent. The descending path was very narrow and steep, and as both men and beasts could not tell on what they were treading owing to the snow, all that stepped wide of the path or stumbled were dashed down the precipice. This trial, however, they put up with, being by this time familiar with such sufferings, but they at length reached a place where it was impossible for either the elephants or the pack-animals to pass owing to the extreme narrowness of the path, a previous landslip having carried away •about one and a half stades of the face of the mountain and a further landslip having recently occurred, and here the soldiers once more became disheartened and discouraged. The Carthaginian general at first thought of avoiding the difficult part by a detour, but as a fresh fall of snow made progress impossible he had to abandon this project.

55 The state of matters was altogether peculiar and unusual. The new snow which had fallen on the top of the old snow remaining since the previous winter, was itself yielding, both owing to its softness, being a fresh fall, and because it was not yet very deep, but when they had trodden through it and set foot on the congealed snow beneath it, they no longer sunk in it, but slid along it with both feet, as happens to those who walk on ground with a coat of mud on it.
But what followed on this was even more trying. As for the men, when, unable to pierce the lower layer of snow, they fell and then tried to help themselves to rise by the support of their knees and hands, they slid along still more rapidly on these, the slope being exceedingly steep. But the animals, when they fell, broke through the lower layer of snow in their efforts to rise, and remained there with their packs as if frozen into it, owing to their weight and the congealed condition of this old snow.

Giving up this project, then, Hannibal encamped on the ridge, sweeping it clear of snow, and next set the soldiers to work to build up the path along the cliff, a most toilsome task. In one day he had made a passage sufficiently wide for the pack-train and horses; so he at once took these across and encamping on ground free of snow, sent them out to pasture, and then took the Numidians in relays to work at building up the path, so that with great difficulty in three days he managed to get the elephants across, but in a wretched condition from hunger; for the summits of the Alps and the parts near the tops of the passes are all quite treeless and bare owing to the snow lying there continuously both winter and summer, but the slopes half-way up on both sides are grassy and wooded and on the whole inhabitable.

56 Hannibal having now got all his forces together continued the descent, and in three days' march from the precipice just described reached flat country. 2 He had lost many of his men by the hands of the enemy in the crossing of rivers and on the march in general, and the precipices and difficulties of the Alps had cost him not only many men, but a far greater number of horses and sumpter-animals. 3 The whole march from New Carthage had taken him five months, and he had spent fifteen days in crossing the Alps, and now, when he thus boldly descended into the plain of the Po and the territory of the Insubres,

4 his surviving forces numbered twelve thousand African and eight thousand Iberian foot, and not more than six thousand horse in all, as he himself states in the inscription on the column at Lacinium relating to the number of his forces. 5 About the same time, as I stated above, Publius Scipio, leaving his forces with his brother Gnaeus with orders to conduct operations in Spain and vigorously combat Hasdrubal, arrived by sea at Pisa with a small following. 6 Marching through Etruria and taking over from the Praetors the frontier legions which were engaged with the Boii, he reached the plain of the Po, and encamping there, waited for the enemy, being anxious to give him battle.

57 Now that I have brought my narrative and the war the two generals into Italy, desire, before entering upon the struggle, to say a few words on what I think proper to my method in this work.
Some readers will perhaps ask themselves why, since most of what I have said relates to Africa and Spain, I have not said a word more about the mouth of the Mediterranean at the Pillars of Hercules, or about the Outer Sea and its peculiarities, or about the British Isles and the method of obtaining tin, and the gold and silver mines in Spain itself, all matters concerning which authors dispute with each other at great length. I have omitted these subjects not because I think they are foreign to my history, but in the first place because I did not wish to be constantly interrupting the narrative and distracting readers from the actual subject, and next because I decided not to make scattered and casual allusions to such matters, but assigning the proper place and time to their special treatment to give as true an account of all as is in my power. No one then need be surprised when in the course of my history I reach such localities, if I avoid for the reason here stated any description of them. But if there be any who insist on such descriptions of each place that may be mentioned, they are perhaps unaware that they are much in the case of gourmands at a supper party p139who taste everything on the table and neither truly enjoy any dish at the moment nor digest any enough to derive beneficial nourishment from it in the future. So those who act in the same way about reading do not properly attain either present entertainment or future benefit.


58 That no part of history requires more circumspection and more correction by the light of truth than this is evident from many considerations and chiefly from the following. While nearly all authors or at least the greater number have attempted to describe the peculiarities and the situation of the countries at the extremities of the known world, most of them are mistaken on many points. We must therefore by no means pass over the subject, but we must say a word to them, and that not casually and by scattered allusions, but giving due attention to it, and in what we say we must not find fault with or rebuke them, but rather be grateful to them and correct them when wrong, knowing as we do that they too, had they the privilege of living at the present day, would correct and modify many of their own statements. In old times, indeed, we find very few Greeks who attempted to inquire into the outlying parts of the world, owing to the practical impossibility of doing so; for the sea had so many perils that it is difficult to enumerate them, and the land ever so many more. Again, even if anyone by his own choice or by the force of circumstances reached the extremity of the world, that did not mean that he was able to accomplish his purpose. For it was a difficult matter to see many things at all closely with one's own eyes, owing to some of the countries being utterly barbarous and others quite desolate, and it was still more difficult to get information about the things one did see, owing to the difference of the language. Then, even if anyone did see for himself and observe the facts, it was even still more difficult for him to be moderate in his statements, to scorn all talk of marvels and, preferring truth for its own sake, to tell us nothing beyond it.

59 As, therefore, it was almost impossible in old times to give a true account of the regions I speak of, we should not find fault with the writers for their omissions or mistakes, but should praise and admire them, considering the times they lived in, for having ascertained something on the subject and advanced our knowledge.
But in our own times since, owing to Alexander's empire in Asia and that of the Romans in other parts of the world, nearly all regions have become approachable by sea or land, since our men of action in Greece are relieved from the ambitions of a military or political career and have therefore ample means for inquiry and study, we ought to be able to arrive at a better knowledge and something more like the truth about lands which were formerly little known. This is what I myself will attempt to do when I find a suitable place in this work for introducing the subject, and I shall then ask those who are curious about such things to give their undivided attention to me, in view of the fact that I underwent the perils of journeys through Africa, Spain, and Gaul, and of voyages on p143the seas that lie on the farther side of these countries, mostly for this very purpose of correcting the errors of former writers and making those parts of the world also known to the Greeks.
But now returning to the point at which I digressed from my narrative I shall attempt to describe the battles between the Romans and Carthaginians in Italy.



60 I have already stated the strength of Hannibal's army when he entered Italy. Once arrived there he at first encamped at the very foot of the Alps to refresh his forces. For his men had not only suffered terribly from the toil of ascent and descent of the passes and the roughness of the road but they were also in wretched condition owing to the scarcity of provisions and neglect of their persons, many having fallen into a state of utter despondency from prolonged toil and want of food. For it had been impossible to transport over such ground a plentiful supply of provisions for so many thousand men, and with the loss of the pack-animals the greater part of what they were carrying perished. So that while Hannibal started from the passage of the Rhone with thirty-eight thousand foot and more than eight thousand horse he lost in crossing the passes, as I said above, about half his whole force, while the survivors, owing to the continued hardships they had suffered, had become in their external appearance and general condition more like beasts than men. Hannibal, therefore, made every provision for carefully attending to the men and the horses likewise until they were restored in body and spirit. After this, his forces having now picked up their strength, when the Taurini who live at the foot of the mountains quarrelled with the Insubres and showed no confidence in the Carthaginians, he at first made overtures for their friendship and alliance, but on their rejecting these he encamped round their chief city and reduced it in three days. By massacring those who had been opposed to him he struck such terror into the neighbouring tribes of barbarians that they all came in at once and submitted to him. The remaining Celtic inhabitants of the plains were impatient to join the Carthaginians, as had been their original design, but as the Roman legions had advanced beyond most of them and cut them off, they kept quiet, some even being compelled to serve with the Romans. Hannibal, in view of this, decided not to delay, but to advance and try by some action to encourage those who wished to take part in his enterprise.


Histoire générale
Livre III Chapitre 44 à 60

44. Le général carthaginois, maître à la fois du passage et maître des ennemis, s'appliqua aussitôt au passage des hommes qu'il avait laissés sur l'autre rive. Ayant eu très peu de temps pour transporté toutes ses troupes, il campa cette nuit-là sur les bords mêmes du fleuve. Le lendemain, apprenant que la flotte romaine avait abordé aux bouches du Rhône, il désigna cinq cents cavaliers numides et les envoya reconnaître où étaient les ennemis, combien ils pouvaient être et ce qu'ils faisaient ; et, en même temps, il désigna ceux qui étaient qualifiés pour assurer le passage des éléphants.
Quant à lui, il rassembla ses troupes et fit venir devant elles le roitelet Magilos et sa suite (ils étaient venus le trouver des plaines du Pô) et il faisait expliquer aux soldats par un interprète ce qui avait été décidé par les autres. Des discours qui furent alors tenus, les trois points les plus propres à exciter la confiance de la troupe furent les suivants d'abord le spectacle de gens qui venaient les chercher et qui promettaient leur participation à la guerre contre les Romains; en second lieu, la promesse assurée de les conduire à travers des régions où il ne leur manquerait rien du nécessaire dans une marche à la fois rapide et sûre vers l'Italie.
A cela s'ajoutait enfin la fertilité et l'étendue du pays dans lequel ils entreraient, et aussi l'ardeur des hommes avec qui ils devaient livrer combat aux forces romaines. Les Gaulois, après avoir ainsi parlé, se retirèrent. Après leur départ, Hannibal, étant intervenu à son tour, commença par rappeler à ses troupes l'importance des actions déjà accomplies. Après avoir entrepris de nombreux exploits audacieux et couru de nombreux dangers, ils n'avaient connu, disait-il, aucun échec pour avoir suivi sa volonté et ses conseils.
A la suite de cela, il les exhortait à être aussi confiants, en se disant bien que la plus grande partie de leur tâche était achevée, puisqu'ils étaient venus à bout du passage du fleuve et qu'ils étaient témoins de la bienveillance et du zèle des alliés. En conséquence, il estimait qu'ils n'avaient pas à s'inquiéter du détail des opérations, chose qui lui incombait personnellement, mais qu'ils devaient obéir à ses ordres et se montrer des hommes courageux et dignes de leurs exploits antérieurs.
La troupe par ses applaudissements montrait un grand élan et une grande ardeur ; il la remercia et après avoir invoqué les dieux en faveur de toutes ses entreprises, il les congédia en leur recommandant de prendre tous les soins nécessaires et de se préparer avec diligence, car le départ aurait lieu à l'aube.

45. L'assemblée venait de se séparer, quand revinrent ceux des Numides qui avaient été envoyés en reconnaissance. Ils avaient perdu la plus grande partie de leur effectif et le reste s'était enfui on désordre. En effet, non loin de leur propre camp, ils étaient tombés sur les cavaliers romains envoyés par Scipion avec la même mission. Les deux détachements avaient rivalisé d'ardeur dans le combat au point que cent quarante cavaliers environ, Romains et Gaulois, avaient été tués et plus de deux cents Numides.
Après cet engagement, les Romains, dans leur poursuite, s'approchèrent du camp carthaginois et, après l'avoir examiné en retournèrent en toute hâte pour annoncer à leur général la présence de l'ennemi; revenus au camp, ils le mirent donc au courant. Scipion, ayant aussitôt chargé les bagages sur des bateaux, se mit en marche avec toute son armée ; il s'avançait le long du fleuve, avec l'intention d'en venir aux mains avec l'ennemi.
Mais, le lendemain de l'assemblée, à l'aube, Hannibal plaça tous ses cavaliers dans la direction de la mer en position d'observation et, d'autre part, il faisait sortir ses forces d'infanterie du camp en ordre de marche. Quant à lui, il attendait les éléphants et les hommes qu'il avait laissés à leur garde. Voici comment s'opéra le transport de ces animaux.

46. Ayant construit solidement un bon nombre de radeaux, ils en réunirent deux qu'ils fixèrent fortement à la terre sur la rive du fleuve destinée à l'embarquement; les deux réunis donnaient une largeur d'environ cinquante pieds. Réunissant à ceux-ci d'autres radeaux vers l'extérieur, ils les attachaient, poussant ainsi la construction d'une plate-forme vers le milieu du fleuve. Ils assujettirent le côté exposé au courant à l'aide de câbles fixés sur la terre ferme aux arbres qui poussaient sur la rive, et cela pour que tout l'ouvrage résistât et ne fût pas emporté par le fleuve. Ayant poussé sur une longueur de deux plèthres [60 m] l'ensemble de la plate-forme jetée en avant, ils fabriquèrent avec un soin particulier deux radeaux qu'ils poussèrent près des derniers ils étaient fortement liés entre eux mais attachés aux autres de façon que les liens fussent faciles à couper. Ils y attachèrent plusieurs câbles grâce auxquels les bateaux, qui les remorquaient, devaient les empêcher de se laisser emporter par le fleuve et, en résistant avec force contre le courant, transporter sur les radeaux et faire passer les bêtes. Après cela, ils apportèrent beaucoup de terres sur tous les radeaux, jusqu'au moment où, en la répandant, ils eurent imité, par une couche unie et de même couleur, le chemin qui sur la terre ferme conduisait à l'embarquement. Les éléphants ont l'habitude d'obéir à leurs cornacs tant qu'ils sont en terrain sec mais ensuite ne se risquent jamais à entrer dans l'eau aussi les conduisaient-ils sur la jetée après avoir placé en avant deux femelles, car les éléphants les suivent. Quand ceux-ci eurent pris place sur les derniers radeaux, ils coupèrent les liens qui les attachaient aux autres, ils tirèrent les câbles à l'aide des bateaux et ils eurent vite fait de séparer de la jetée à la fois les radeaux et les bêtes qu'ils supportaient. Cela fait, les animaux, troublés, se retournaient au début et s'élançaient de tous côtés ; mais entourés par le courant de tous côtés, ils étaient pris de peur et se voyaient forcés de rester sur place. C'est de cette manière, à l'aide de deux radeaux, toujours liés deux par deux, que la plupart des éléphants furent transportés debout sur ces engins.
Mais quelques-uns toutefois par peur se jetèrent dans le fleuve au milieu de la traversée ; il en résulta que leurs cornacs furent tous noyés, alors que les éléphants se sauvèrent. En effet, grâce à la force et à la longueur de leurs trompes qu'ils levaient au-dessus de l'eau, ils continuaient â respirer et rejetaient l'eau ; ils résistèrent ainsi au courant et firent la plus grande partie du chemin en se tenant droits sous l'eau.

47. Quand les animaux eurent été transportés, Hannibal, prenant les éléphants et les cavaliers, les plaça à l'arrière-garde et s'avança le long du fleuve, de la mer vers l'orient, comme s'il faisait route vers le centre de l'Europe.
Le Rhône a ses sources au-dessus du fond de l'Adriatique ; elles sont orientées vers le couchant sur les pentes septentrionales des Alpes. Il coule vers le sud-ouest et se jette dans la mer de Sardaigne. Il coule durant la plus grande partie de son cours à travers une vallée habitée au nord par les Gaulois Ardyens, mais bordée au midi, sur toute sa longueur, par les versants des Alpes inclinés vers le nord. Les plaines du Pô, dont nous avons abondamment parlé, sont séparées de la vallée du Rhône par la chaîne des Alpes qui commence à Marseille et s'étend jusqu'au-dessus du golfe de l'Adriatique. Hannibal les franchit alors pour passer de la région du Rhône en Italie.
Quelques-uns de ceux qui ont écrit à propos de ce passage, voulant frapper leurs lecteurs par le récit de choses extraordinaires sur ces régions, tombent à leur insu dans les deux défauts les plus opposés à l'histoire: ils sont forcés de mentir et de se contredire eux-mêmes.
Alors qu'ils nous présentent Hannibal comme un général inimitable et par son audace et par sa prudence, ils nous le montrent agissant incontestablement de la manière la plus insensée et, en même temps, ne pouvant trouver aucun dénouement ni aucun moyen de sortir de leurs mensonges, ils font intervenir des dieux et des fils de dieux dans une histoire pragmatique. Ils nous montrent les montagnes des Alpes si inaccessibles et si rudes que non seulement elles ne sauraient être franchies aisément par des chevaux ou des armées, encore moins par des éléphants, mais pas même par de l'infanterie légère ; et, de la même manière, ils nous dépeignent les lieux comme un tel désert que, si un dieu ou un héros ne s'était présenté pour montrer la route aux gens d'Hannibal, ils se seraient égarés et auraient tous péri ; de la sorte ils tombent incontestablement dans chacun des deux défauts dont nous parlions.

48. D'abord quel général paraîtrait plus insensé, quel chef également plus maladroit qu'Hannibal, lui qui, à la tête de forces si importantes sur lesquelles il fondait les plus grands espoirs pour le succès complet de ses entreprises, ne connaissait ni les routes ni les pays -d'après ce qu'ils disent -, lui qui ne savait pas le moins du monde ni où il marchait ni chez qui il allait, et s'il ne s'engageait pas dans des opérations complètement impossibles.
Ce que des gens complètement fourvoyés et sans aucun moyen d'en sortir ne supportent pas, à savoir de s'engager avec une armée dans des lieux inexplorés, les historiens l'attribuent à Hannibal, lui qui conservait les plus belles espérances pour ses opérations à ce moment-là. De la même manière, ce qui concerne les régions désertes, le caractère abrupt et difficile des lieux rend manifeste leur mensonge. Ils n'ont pas appris que, en fait, les Gaulois habitants des bords du Rhône ont franchi les Alpes non pas seulement une fois ni même deux avant la venue d'Hannibal, non certes à date ancienne, mais tout récemment et avec de grandes armées ; qu'ils avaient combattu aux côtés des Gaulois qui habitent les plaines du Pô, ainsi que nous l'avons expliqué nous-même précédemment.
En plus de cela, ils ne savaient pas qu'une population très nombreuse habite les Alpes mêmes et, ignorant chacun de ces points, ils déclarent qu'un héros a montré la route aux Carthaginois. En conséquence, il est naturel qu'ils tombent dans un travers comparable à celui des auteurs tragiques, qui pour les dénouements de leurs drames ont tous besoin d'un deus ex machina, parce que leurs premières données sont mensongères et invraisemblables.
Il est fatal que les historiens éprouvent les mêmes difficultés et fassent apparaître des dieux et des héros, puisqu'ils ont posé en premier lieu des faits incroyables et mensongers. Comment serait-il possible, en effet, de donner à des débuts invraisemblables une fin raisonnable ? Hannibal, au contraire, exécuta ses projets, non pas comme ces gens le disent, mais en tous points avec prudence. En effet, il était renseigné avec précision sur la richesse de la région dans laquelle il avait projeté d'entrer ; sur l'opposition de la population aux Romains; et, pour les difficultés de la route, il avait recours à des guides et à des conducteurs indigènes qui devaient partager les mêmes espoirs que lui.
Quant à nous, si nous parlons sur ce point avec une telle assurance, c'est pour avoir pris nos renseignements sur les opérations auprès des gens qui s'étaient trouvés mêlés aux événements et pour avoir reconnu nous-même les lieux et avoir traversé les Alpes pour obtenir une vue et une connaissance exactes des lieux.

49. Néanmoins Scipion, le consul romain, arriva sur les bords du fleuve trois jours après le départ des Carthaginois. Apprenant que les ennemis étaient partis, il fut étonné au plus haut point, dans la conviction qu'il avait qu'ils n'oseraient jamais faire route de ce côté pour l'Italie, à raison du nombre et de la perfidie des barbares qui habitaient ces lieux. Mais en constatant leur audace, il se pressa de revenir vers ses bateaux et, une fois arrivé, de faire embarquer ses troupes. Il envoya son frère pour diriger les opérations d'Espagne, pendant que lui-même faisant demi-tour prenait la mer en s'efforçant de gagner les ennemis de vitesse pour, à travers l'Etrurie, les trouver à leur descente des Alpes.
Hannibal, de son côté, grâce à une marche ininterrompue de quatre jours après le passage du fleuve, arriva à l'endroit appelé l'Ile, région peuplée et fertile qui tire son nom de sa position même. En effet, le Rhône d'une part, la rivière l'Isère de l'autre, coulant de chaque côté, l'aiguisent en pointe vers leur confluent. Elle est comparable par la grandeur et la forme à ce qui en Egypte est appelé le Delta, à cette exception près que la mer limite l'un des côtés du Delta et les bouches des fleuves, tandis que l'Ile est bornée par des montagnes d'un accès et d'une traversée difficiles, montagnes presque inaccessibles pour dire le mot.
Parvenu dans cette île, il y trouva deux frères qui se disputaient la royauté et qui campaient face à face avec leurs troupes. L'aîné l'appelant à son secours et l'engageant à agir avec lui et à l'aider à acquérir le pouvoir, il l'écouta, vu pour ainsi dire l'évidence du profit qu'il pouvait en tirer pour la conjoncture future. C'est pourquoi, s'alliant avec le prince pour l'aider à repousser l'autre, il obtint un grand secours du vainqueur. Non seulement il fournit abondamment l'armée de vivres et de tous les autres approvisionnements, mais encore, changeant toutes les armes qui étaient vieilles et usées, il renouvela à propos toute l'armée et, en outre, ayant équipé la plupart des Carthaginois en vêtements et même en chaussures, il leur procura une grande facilité pour le passage des montagnes.
Mais, par-dessus tout, commandant l'arrière-garde avec ses propres troupes, il assura aux Carthaginois, qui n'avançaient qu'avec circonspection à travers le pays des Allobroges, la sécurité de leur passage, jusqu'au moment où ils approchèrent du passage des Alpes.

Traversée des Alpes.

50. Hannibal, après avoir en dix jours parcouru le long du fleuve huit cents stades, commença la traversée des Alpes, et il lui arriva de tomber dans de très grands dangers. Tant que les Carthaginois étaient dans les plaines, tous les chefs des différents secteurs des Allobroges se tenaient tranquilles par crainte des cavaliers et des barbares qui les escortaient ; mais, dès que ceux-ci s'en furent retournés dans leur pays et que les gens d'Hannibal eurent commencé à s'avancer au milieu des défilés, alors les chefs des Allobroges, ayant réuni des forces suffisantes, allèrent occuper les endroits favorables par où il fallait de toute nécessité que les troupes d'Hannibal fassent leur montée. Si donc ils avaient caché leur plan, ils eussent anéanti complètement l'armée des Carthaginois; mais, leurs projets ayant été découverts, ils causèrent certes un grand dommage à Hannibal, mais non moins à eux-mêmes.
Car le général carthaginois, apprenant que les Barbares occupaient les lieux favorables, campa au pied même des montagnes en attendant, et il envoya quelques-uns des Gaulois qui les avaient guidés avec mission de reconnaître les projets des ennemis et l'ensemble de leur plan. Ayant exécuté leur mission, ils informèrent le général que les ennemis, pendant le jour, montaient attentivement la garde et gardaient les lieux, mais que, pendant la nuit, ils se retiraient dans une ville voisine. Hannibal, se réglant sur cette tactique, imagina le plan suivant à la tête de son armée, il s'avança au grand jour et s'approcha des défilés, il campa alors non loin de l'ennemi. La nuit venue, il fit allumer les feux et, laissant sur place la plus grande partie de son armée, il prit les soldats les plus aptes et, les équipant à la légère, il s'avança de nuit à travers les défilés; il s'empara des lieux occupés par les ennemis, alors que les barbares s'étaient retirés dans la ville selon l'habitude.

51. Le jour venu, les barbares, s'apercevant de ce qui s'était passé, abandonnèrent d'abord leur entreprise; mais, après cela, voyant la quantité des bêtes de somme et les cavaliers qui cheminaient longuement et péniblement à travers les défilés, ils furent tentés par l'occasion de s'en prendre à la colonne. L'occasion se présentant et, les barbares tombant de plusieurs côtés sur eux, les Carthaginois éprouvèrent de grandes pertes, moins du fait des hommes que des lieux ; ils perdirent surtout des chevaux et des bêtes de somme. Le passage était, en effet, non seulement étroit et rocailleux, mais encore escarpé. Aussi, au moindre mouvement, au moindre désordre, beaucoup de bêtes étaient emportées dans les précipices en même temps que leurs bagages.
Mais ce qui provoquait surtout ce désordre, c'étaient les chevaux blessés. Ceux qui étaient en avant, frappés de panique sous le coup, tombaient sur les bêtes de somme ; les autres, se précipitant en avant, bousculaient tout ce qui se présentait dans ces défilés et provoquaient un grand désordre. Voyant cela et calculant qu'il n'y avait aucun salut possible, même pour ceux qui avaient échappé au danger, si leurs bagages étaient perdus, Hannibal prit avec lui ceux qui, la nuit, avaient occupé les défilés et vola au secours des troupes qui ouvraient la marche. Au cours de l'opération, beaucoup d'ennemis périrent, vu qu'Hannibal attaquait d'une position supérieure, mais il ne perdit pas moins de ses propres troupes.
Car le désordre de la marche était augmenté des deux côtés par les cris, et la mêlée des combattants. Mais, quand il eut tué la plupart des Allobroges et bousculé les autres en les forçant à fuir chez eux, l'effectif de chevaux et de bêtes de somme qui lui restaient encore acheva à grand-peine et au milieu des plus grandes difficultés de franchir le défilé. Puis, rassemblant tout ce qu'il put de soldats au sortir de cette mêlée, il se jeta sur la ville d'où les ennemis avaient fait leur sortie. La trouvant à peu près vide, car les habitants avaient couru au butin, il se rendit maître de la place. Il tira de cette opération un grand profit, tant pour le présent que pour l'avenir. Pour l'instant, il ramena un grand nombre de chevaux et de bêtes avec les hommes qui avaient été capturés en même temps ; pour l'avenir, il eut une grande abondance de vivres et de bétail pour deux ou trois jours ; mais l'essentiel fut qu'il suscita la terreur chez les peuples voisins au point d'enlever à tous ceux qui habitaient dans la montée l'idée de l'attaquer aisément.

52. Ayant établi son camp sur place, il y resta une journée, puis se remit en route. Les jours suivants, il conduisit son armée dans une sécurité relative ; mais, le quatrième jour, il rencontra de nouveau de grands dangers. Ceux qui habitaient sur son passage, ayant combiné une ruse en commun, s'avancèrent à sa rencontre avec des rameaux d'olivier et des couronnes ce qui est, chez presque tous les barbares, symbole d'amitié, comme le caducée chez les Grecs. Hannibal, plein de circonspection à l'égard d'une telle démonstration, examina avec soin leurs sentiments et l'ensemble de leur démarche. Ils déclarèrent .qu'ils connaissaient parfaitement la prise de la ville et la destruction de ceux qui avaient entrepris de lui faire tort ; ils lui expliquaient pourquoi ils étaient venus ils ne voulaient ni causer ni subir aucun dommage et ils promettaient de lui donner des otages parmi eux. Hannibal, pendant longtemps, hésita ; il se défiait de leurs dires, mais, calculant que, en acceptant ce qu'on lui proposait, il rendrait peut-être plus prudents et plus traitables ceux qui étaient venus, tandis que, en n'acceptant pas, il trouverait en eux des ennemis déclarés, il accepta donc leurs propositions et fit semblant de conclure amitié avec eux. Les barbares ayant livré les otages, le fournissant abondamment de bestiaux, bref se livrant eux-mêmes entre ses mains sans réserve, Hannibal leur accorda confiance au point de les accepter comme guides pour la suite de la traversée. Alors qu'ils marchaient a leur tête depuis deux jours, les Gaulois en question se réunissant et les suivant tombent sur les Carthaginois qui s'étaient engagés dans une gorge escarpée et difficile.

53. Dans cette circonstance, toute l'armée d'Hannibal eût été complètement anéantie si, éprouvant toujours quelque crainte et prévoyant ce qui allait arriver, ils n'avaient placé les bagages et les cavaliers à l'avant-garde, les hoplites à l'arrière-garde. Grâce à ce corps de réserve, le désastre fut moins grand, car ils supportèrent tout le choc des barbares. Néanmoins, malgré cet avantage, on perdit un assez grand nombre d'hommes, de bêtes et de chevaux. Les ennemis, occupant les positions supérieures, marchaient sur les flancs de la montagne ; tantôt ils faisaient rouler des rochers, tantôt ils lançaient des pierres à la main et ainsi jetaient les Carthaginois dans une confusion et une frayeur considérables, au point que Hannibal fut contraint de passer la nuit avec la moitié de ses troupes sur un rocher blanc (leucopetron) fortement situé, sans ses chevaux et ses bêtes, veillant sur eux jusqu'à ce que, au cours de toute la nuit, il les eût fait à grand-peine avancer par les défilés.
Le lendemain, les ennemis s'étant éloignés, Hannibal alla rejoindre les cavaliers et les bêtes de somme et s'avança vers les plus hauts passages des Alpes, sans plus jamais rencontrer une troupe des barbares au complet, et n'étant plus inquiété que çà-et-là dans des combats partiels. Tombant à bon escient sur la colonne, ils enlevaient des bagages tantôt à l'arrière-garde, tantôt à l'avant-garde. Ses éléphants lui furent d'une grande utilité. En effet, à l'endroit de la colonne où ils se trouvaient, les ennemis n'osaient pas attaquer de ce côté, effrayés qu'ils étaient par le spectacle insolite offert par ces animaux. Le neuvième jour, arrivant au sommet, il campa sur place et resta là pendant deux jours, voulant à la fois laisser reposer ceux qui étaient tirés d'affaire et attendre les traînards. A cette occasion, un bon nombre de chevaux qui avaient été effrayés et un bon nombre de bêtes qui avaient perdu leurs fardeaux revinrent au camp contre toute attente, après avoir suivi l'armée à la trace et retrouvé leur route.

54 La neige s'était déjà amassée sur les sommets, car on approchait du coucher des Pléiades. A la vue de ses soldats, découragés à la fois par leurs malheurs passés et les souffrances attendues, Hannibal les réunit et s'efforça de les encourager, en profitant de la seule ressource qui s'offrait pour cela, à savoir la vue de l'Italie, laquelle était située au pied des montagnes, de telle façon que, pour qui regarde des deux côtés, les Alpes paraissent jouer le rôle d'Acropole pour l'Italie entière. Aussi, leur montrant les plaines du Pô et leur rappelant en gros les bonnes dispositions des Gaulois qui les habitaient, leur désignant en outre l'emplacement de Rome elle-même, il rendit quelque confiance à ses hommes.
Le lendemain, ayant levé le camp, il amorça la descente. Il n'y rencontra plus que des brigands embusqués, mais il ne perdit pas moins d'hommes qu'à la montée, du fait de la neige et de l'état du terrain. Le passage étant étroit et en pente, et la neige rendant invisible pour chacun le chemin, tout ce qui s'écartait de la route et glissait, était emporté dans les précipices. Néanmoins ils supportaient ces misères en hommes habitués désormais à de pareilles difficultés. Mais quand ils arrivèrent en un endroit tel qu'il n'était possible ni aux éléphants ni aux bêtes de somme de s'y avancer à cause de l'escarpement de la piste sur une longueur de presque trois demi-stades, la roche qui était déjà escarpée auparavant, l'était encore plus pour l'instant, à la suite d'un éboulement récent.
Le découragement et le trouble s'abattirent à nouveau sur les soldats. Le général des Carthaginois pensa d'abord à contourner ces difficultés ; mais la neige, étant survenue, rendait également impraticable ce passage et il renonça à son projet.

55 Ce qui se produisait était particulier et extraordinaire. Sur la neige antérieure et qui restait de l'hiver précédent celle de cette année étant récemment tombée, il se trouvait que celle-ci était facile à couper étant récente, elle était molle et sans profondeur. Mais, quand, après l'avoir foulée, ils en venaient à marcher sur la couche inférieure, qui, elle, était gelée, ils ne pouvaient l'entamer, ils patinaient, glissant des deux pieds en même temps, comme il arrive à ceux qui sur la terre marchent en terrain fangeux.
Ce qui s'ensuivait était encore plus fâcheux. Les hommes ne pouvaient entamer la neige du dessous quand, une fois tombés, ils voulaient se redresser et se relever à l'aide des genoux ou des mains alors ils patinaient encore plus avec tous leurs appuis, tout le terrain étant en pente. Mais les bêtes, quand elles tombaient, entamaient la neige du dessous en se relevant et, après l'avoir entamée, elles demeuraient sur place avec leurs bagages, comme prises par la glace, tant à cause de la charge que de la congélation de la neige antérieure.
Abandonnant un tel espoir, Hannibal campa sur la crête, après avoir fait balayer la neige qui s'y trouvait et, après cela, se tenant auprès de ses soldats, il faisait creuser le roc avec beaucoup de peine. On fit en une seule journée un passage suffisant pour les bêtes et les chevaux ; puis, les emmenant aussitôt, il campa dans les endroits que la neige avait épargnés et il envoya les animaux au pâturage ; puis il chargea les Numides de continuer le travail par équipes et, à grand peine, en trois jours, après avoir beaucoup souffert, il fit passer les éléphants, qui se trouvaient en très mauvais état par suite de la faim, car les hauteurs des Alpes et tous les points qui touchent aux sommets sont complètement dépourvus de végétation et nus, puisque la neige y demeure continuellement été comme hiver mais, à mi-hauteur, des deux côtés, les flancs de la montagne portent des forêts et des arbres, et sont habitables sur leur totalité.

56. Hannibal, ayant concentré toutes ses forces, continuait à descendre et, le troisième jour après son départ des précipices dont nous parlions, ce fut achevé et il aborda la plaine. Il avait perdu beaucoup de soldats, du fait des ennemis aussi bien que des fleuves, au cours de l'ensemble du trajet, beaucoup aussi du fait des précipices et des difficultés rencontrées dans les Alpes, perdu non seulement des hommes, mais encore en plus grand nombre des chevaux et des bêtes de somme. Enfin, après avoir accompli l'ensemble du trajet depuis Carthagène en cinq mois et la traversée des Alpes en quinze jours, il aborda plein d'ardeur dans les plaines du Pô et chez le peuple des Insubres.
Il avait avec lui la partie survivante de ses forces africaines - 12.000 fantassins - et de ses forces ibériques - environ 8.000 - et, d'autre part, ses cavaliers, pas plus de six mille en tout, comme lui-même le précise sur la colonne qui porte au cap Lacinium le catalogue de ses forces.
Au même moment, P. Scipion, comme je l'ai dit plus haut, avait laissé ses forces à son frère Cnaeus et lui avait confié les opérations d'Espagne avec l'ordre de combattre avec vigueur Hasdrubal; puis il avait abordé lui-même à Pise avec un petit nombre de soldats. Après avoir traversé l'Etrurie et pris la tête des armées qui avaient été envoyées sous les ordres des préteurs et qui combattaient les Boïens, il arriva dans les plaines du Pô. Il établit son camp et il attendait l'ennemi, brûlant d'engager le combat.

57. Quant à nous, maintenant que nous avons conduit en Italie, avec notre récit, les chefs des deux armées et la guerre elle-même, avant d'aborder le récit des combats, nous voulons parler brièvement de points qui touchent à notre étude.
Certains peut-être nous demanderont pourquoi, après avoir traité longuement des lieux de l'Afrique et de l'Espagne, nous n'avons pas parlé davantage du détroit des Colonnes d'Hercule, ni de la mer Extérieure et des particularités qu'on y rencontre ; ni non plus des îles Britanniques et de l'extraction de l'étain ; rien dit non plus des mines d'or et d'argent qu'on trouve en Espagne, toutes choses sur lesquelles les historiens font les plus abondants discours, quitte à se contredire. Pour nous, nous n'avons certes pas considéré cette partie de l'histoire comme étrangère à notre sujet et ce n'est pas pour cela que nous l'avons omise mais, en premier lieu, nous ne voulions pas morceler notre récit, ni détourner du sujet (proprement) historique les lecteurs appliqués ; ~ en second lieu, nous avons jugé qu'il ne fallait pas faire mention de ces choses çà-et-là et comme en passant, mais dire la vérité sur ce point, dans la mesure où nous en sommes capable, en réservant à cette question une place en temps et en lieu. C'est pourquoi il ne faut pas s'étonner non plus dans la suite si, abordant des régions de ce genre, nous les laissons de côté, ce sera pour les raisons susdites. Si certains veulent à tout prix lire de tels développements en détail et à tout propos, peut-être éprouvent-ils à leur insu la même chose que ces gourmands' qui, dans les festins, bien qu'ils goûtent de tout ce qui est présenté, ne jouissent vraiment pour le présent d'aucun des aliments et pour l'avenir n'en tirent aucune digestion utile, aucune nourriture profitable, bien au contraire. Ceux qui dans leurs lectures agissent de même n'en retirent, comme il conviendrait, aucun agrément véritable pour l'instant, aucun profit pour l'avenir.

58. Plus qu'aucun autre des éléments de l'histoire, celui-ci réclame un développement et une exactitude plus véridique, cela est manifeste et confirmé par de nombreuses preuves, mais surtout par les suivantes.
Presque tous, ou du moins la plupart des historiens qui se sont efforcés d'exposer les traits et la géographie des pays situés aux extrémités de notre monde se sont trompés sur de nombreux points ; il ne convient pas du tout de laisser passer ces erreurs, il faut les réfuter non pas au passage et au hasard, mais avec attention, et il faut le faire non à coups de reproches et de blâmes, mais plutôt en les louant tout en corrigeant leur ignorance, dans la pensée que ces gens, s'ils profitaient des circonstances actuelles, apporteraient de nombreux amendements et rectifications à ce qu'ils ont dit. Dans le temps passé, en effet, on trouverait bien peu de Grecs ayant entrepris de s'informer sur les extrémités de la terre, faute de pouvoir mener à bien ce projet. Nombreux étaient alors les dangers à courir sur mer, innombrables même, beaucoup plus nombreux encore que sur terre. Et même si quelqu'un, par nécessité ou par goût, parvenait aux extrémités de la terre, même ainsi il n'atteignait pas le but qu'il s'était proposé. Car il était difficile d'observer la plupart des choses de ses propres yeux, parce que certaines de ces régions étaient encore barbares, d'autres désertes, et encore plus difficile d'apprendre et de connaître par la parole quelque chose sur les points observés à cause de la différence du langage. Et même si quelqu'un a ces connaissances, il est une chose encore plus difficile que les précédentes, c'est de savoir, après avoir vu ces choses, les utiliser d'une manière raisonnable, en évitant les récits extraordinaires et merveilleux pour respecter toujours la vérité pour elle-même et ne nous raconter rien en dehors de la réalité.

59. La poursuite de recherches exactes sur les points dont nous parlons était donc non seulement difficile, mais presque impossible dans les temps passés. En conséquence, si les historiens ont omis quelque détail ou commis quelque erreur, ils ne méritent pas d'être blâmés, mais il est juste de les féliciter et de les admirer pour les connaissances qu'ils ont acquises et pour les progrès que, dans de telles circonstances, ils ont procurés à la science sur ce point.
A notre époque, l'Asie grâce à la conquête d'Alexandre et presque tout le reste du monde grâce à la puissance des Romains sont devenus accessibles par terre ou par mer. D'autre part, les hommes d'action, débarrassés du souci des entreprises guerrières ou politiques, ont profité des grandes et nombreuses occasions qu'elles leur offraient pour s'occuper des questions dont nous parlons et chercher à s'instruire. C'est donc une obligation pour nous d'avoir des connaissances meilleures et plus véridiques sur les choses que l'on ignorait auparavant. C'est précisément ce que nous-même nous essaierons de faire, en choisissant dans notre histoire le lieu propice à cette question. Nous voudrons que les esprits curieux partagent nos connaissances sur tous ces points, puisque, aussi bien, c'est surtout dans cette intention que nous avons affronté les dangers [et les fatigues] inhérents à un voyage à travers l'Afrique et l'Espagne, ainsi qu'en Gaule et sur la mer Extérieure qui baigne ces régions, et tout cela, afin de rectifier les erreurs de nos prédécesseurs sur ces questions et de faire connaître aux Grecs aussi ces parties du monde.
Mais revenons au point de départ de notre digression et essayons de montrer les combats en batailles rangées qui eurent lieu en Italie entre Romains et Carthaginois.

Hannibal et Scipion face à face en Italie.

60. Nous avons déjà montré l'importance des forces avec lesquelles Hannibal pénétra en Italie. Après la traversée, il établit son camp au pied même des Alpes et il commença par faire reposer ses troupes. Car non seulement l'ensemble de son armée avait terriblement souffert par suite des ascensions et des descentes, puis par les difficultés de la traversée ; mais encore, par suite de la rareté des provisions et le manque de soins corporels, elle était en mauvais état. Beaucoup même en étaient venus à un complet découragement à cause des privations et des fatigues continuelles. En effet, il n'avait pas été possible de transporter dans de tels endroits des approvisionnements suffisants pour tant de milliers d'hommes, et ce qu'ils transportaient avait disparu en grande partie avec la destruction des bêtes de somme. Aussi Hannibal, qui était parti des bords du Rhône avec environ 38.000 fantassins et plus de 8.000 cavaliers avait perdu, comme nous l'avons déjà dit', presque la moitié de ses forces dans la traversée des Alpes. Encore ceux qui étaient sauvés avaient-ils dans leurs traits et dans tout leur comportement quelque chose de sauvage, par suite de la continuité des fatigues dont nous parlions. Hannibal donc, apportant une grande attention à les soigner, releva les courages en même temps que les corps des hommes et fit également soigner les chevaux.
Après cela, son armée étant maintenant remontée, comme les Taurines, qui se trouvent juste au pied des Alpes, étaient brouillés avec les Insubres, mais se méfiaient des Carthaginois, il s'employa d'abord à gagner leur amitié et leur alliance. Mais, comme ils se montraient réticents, il assiégea leur ville la plus forte et en trois jours il s'en empara. Ayant fait égorger ceux qui s'étaient opposés à lui, il inspira une telle frayeur aux barbares qui habitaient les alentours, qu'ils vinrent tous aussitôt le trouver pour faire leur soumission, Le reste des peuples gaulois qui habitaient la plaine désirait suivre le parti des Carthaginois selon leur intention première mais, comme les légions romaines les débordaient et coupaient les communications, ils restèrent tranquilles Certains même étaient obligés de combattre aux côtés des Romains. Ce que voyant, Hannibal décida de ne plus attendre, mais de pousser en avant et de frapper un grand coup pour rassurer ceux qui voulaient partager ses espoirs.